Source: Externe

L'autre soir, je fus invité à une soirée organisée par un laboratoire parisien de compléments alimentaires que je connais depuis fort longtemps. Nous étions une dizaine de médecins présents. Une jeune confrère, brune, à l'apparence sympathique nous fit un topo qui avait bien sûr pour but final de mettre en exergue les produits du laboratoire. C'est de bonne guerre. A la fin de son topo je lui ai demandé ce qu'elle pensait de l'élévation du taux de HDL ("bon cholestérol") chez les personnes qui boivent trop d'alcool. Vous remarquerez que ma question a un côté affirmatif qui est que les alccooliques ont un taux élévé de HDL (High density lipid). Elle ne répondit pas à ma question mais offusquée m'affirma devant tous les autres confrères que l'alcool est du sucre et que le sucre fait baisser le HDL. En un mot, je disais des conneries. J'ai bien essayé de lever le doigt pour bien m'expliquer mais son ton péremptoire n'admettait pas la discussion. Tous les confrères présents se sont tus. Ils devaient aussi ignorer que le HDL est élevé chez les gens qui aiment bien boire un coup. Pourtant cela fait 20 ans que c'est connu. Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça. Certes pour me soulager, car j'ai été très vexé et surtout parce que les responsables de ce laboratoire ne m'ont pas répondu quand je leur ai dit que je n'avais pas du tout apprécié la façon dont cette pimbêche s'était comportée, mais aussi et surtout parce que je pense que les laboratoires quels qu'ils soient, invitent des médecins pour les formater. Ceux qui sortent du rang sont fichés. Si vous fermez votre gueule, si vous faites des sourires, si vous mangez tranquillement et surtout si vous prescrivez, alors tout va bien. Écoutez ce que dit l'ami Georges (sur la liberté individuelle) interviewé par Claude Santelli. Ne faites pas de bruit, c'est une confession. Cest un peu long, il faut passer la publicité mais ça vaut le coup.

Interview Georges BRASSENS par Claude SANTELLI

Claude SANTELLI s'entretient avec Georges BRASSENS. Georges BRASSENS parle du peu d'intérêt qu'il accorde aux objets. Il explique le choix des thèmes de ses chansons dont "Le fossoyeur" ou "Bonhomme". Il parle ensuite de sa pudeur. Il évoque enfin l'avenir tel qu'il le voit, parle des libertés individuelles, des femmes et de l'impact de ses chansons.

http://www.ina.fr