Quand une directrice d'hôpital non médecin outrepasse ses droits au point qu'un professeur de médecine père de cinq enfants en arrive au suicide. Ce harcèlement que subissent certains médecins ne peut que se répercuter sur les patients. La rentabilité de doit pas être étrangère à ce problème, mais il n'y a pas que cela, lisez:

« Il ne pouvait pas entrer dans son bureau, le verrou avait été changé »

"La direction de l'AP-HP et le professeur Loïc Capron, président de la commission médicale d'établissement, qui affirment pourtant dans leurs courriers, rendus publics à la veille de Noël, « n'être pas restés inactifs » pour répondre à la souffrance professionnelle du cardiologue, ne les convaincront pas. « Du moment où il est tombé en disgrâce dans le service dont il avait été l'adjoint, il fallait l'en évincer. Il s'est trouvé progressivement isolé. » Il a été prié de quitter le septième étage — d'où il a fini par se jeter — où il avait un bureau, ses consultations, accès à l'hôpital de jour, puis de faire avec « un bout de secrétariat seulement » et de « trouver une porte de sortie... Mais sortir de quoi, se demandait-il. Il n'a été ni entendu ni écouté ». « Quand il a été arrêté, j'étais soulagé. Je me suis dit : il est sorti d'affaire », confie l'un de ses « amis », des sanglots dans la voix. « Le lundi 14 décembre au matin quand il est revenu après de longs mois d'arrêt maladie, c'était la panique. J'ai vu face à moi un homme brisé, se souvient un confrère. Il ne pouvait pas entrer dans son bureau : le verrou avait été changé. Après neuf mois, tout recommençait donc exactement comme avant, avec l'omerta du 7e étage... alors qu'il devait réactiver ses consultations. » Le soutien de ses proches n'y a pas suffi. Le jeudi après-midi, Jean-Louis Megnien préférait en finir."

 Colère et émoi après le suicide d'un médécin à l'hôpital Pompidou


Huit jours après la mort du Pr Jean-Louis Megnien, cardiolgue à l'hôpital situé à Paris, la colère monte parmi ses collègues et amis. L'hôpital Georges-Pompidou connaît depuis plusieurs années un profond malaise Jeudi 17 décembre, le Pr Jean-Louis Megnien, 54 ans, cardiologue à l'hôpital européen Georges-Pompidou (Paris XVe) s'est suicidé en se jetant, la tête la première, par la fenêtre d'un étage de l'établissement, côté cour.

http://www.lefigaro.fr
Voilà la lettre envoyée à Madame Anne COSTA et Mr Martin HIRSCH et Mme Sylvie ESCALONpar un confrère du Pr Jean-Louis MEGNIEN. Aucun des trois n'a daigné répondre et tenir compte de cette lettre pourtant d'une limpide clarté. Auriez-vous eu la même réaction?

 IUne première alerte avait été adressée à  Mme Costa (avec copie à Martin Hirsch et Sylvie Escalon, directrice du site de l’Hôpital européen Georges Pompidou) par un confrère du Pr Megnien ; et ce sous la forme d’un mail daté du jeudi 27 novembre 2014, 16h. Un mail, nous assure-t-on, toujours resté sans réponse.

 « Objet : RISQUE SUICIDAIRE

Importance : haute 

« Madame la directrice,

« Je vous écris ce jour pour porter à votre connaissance une information que j’estime être de la plus haute importance. Vous allez recevoir aujourd’hui le Pr Jean-Louis Meignen.

« Sachez, Madame la Directrice, qu’il est actuellement en très grande souffrance. Vous en connaissez la cause (harcèlement moral…) mais vous en ignorez son degré d’affliction!

Le Pr Meignen a une vision très noire de son avenir immédiat et à moyen terme. Il a clairement exprimé son « envie d’en finir »; il « s’est renseigné  » m’a-t-il annoncé ce matin, en pleurs! Seul son amour pour sa femme et ses 5 enfants l’ont empêché de commettre l’irréparable.

« Prendre une décision, aujourd’hui, qui irait contre son souhait ou ses intérêts risquerait de le pousser au fond du précipice au bord duquel il se trouve actuellement. Je tenais à vous en informer. J’espère que vous saurez lui tendre la main et lui apporter tout l’aide qu’il mérite.

«  Cordialement (…) »

II Ce document est aujourd’hui évoqué dans un mail adressé à Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP par le Pr Bernard Granger, directeur de l’unité psychiatrique de l’hôpital Tarnier, membre de la commission médicale d’établissement (CME) et du CHSCT central. Le Pr Granger a choisi de rendre public son texte (voir Le Figaro).

Extraits :

« Monsieur le directeur général, cher Martin Hirsch,

« Comme tous ceux qui connaissaient Jean-Louis Megnien, j’ai été bouleversé par son suicide. J’ai du mal à contenir ma réaction et j’éprouve le besoin de vous écrire publiquement.

« Je ne méconnais pas la complexité d’un acte suicidaire sur le lieu de travail, le mélange fréquent de causes personnelles et de motifs professionnels, le degré plus ou moins élevé de fragilité de tout homme. Cependant, cela ne peut pas être un prétexte pour occulter la façon dont ce collègue a été objectivement maltraité, non seulement par certains de ses pairs, mais aussi par l’administration. Ces médecins et vos subordonnés auront à rendre des comptes. Vous aussi sans doute (…)

 « Les luttes claniques de l’hôpital Pompidou constituent le terreau sur lequel se développe une maltraitance institutionnelle incarnée en premier lieu par la directrice du groupe hospitalier, qui a choisi son camp plutôt que de se situer au-dessus de la mêlée, comme cela eût été son rôle. Et vous l’avez confortée dans cette posture partisane, qu’elle conserve aujourd’hui encore malgré la tragédie que vit l’HEGP. (…)On ne peut pas impunément jouer des divisions entre médecins d’un même hôpital pour asseoir sa domination, attitude détestable et dangereuse. Personne ne comprendrait que cette directrice soit maintenue à son poste après de tels événements. Il est même troublant qu’elle y soit encore.

Votre attitude et celle de votre administration dans tous ces drames n’ont rien d’original, hélas, car c’est un phénomène habituel que les personnes maltraitantes soient soutenues par leur hiérarchie et que les maltraités soient renvoyés à leur solitude et à leur désarroi. La réponse d’aller voir un psychiatre quand quelqu’un lance une alerte et fait part de sa douleur est une réponse insuffisante et peu responsable. C’est pourtant celle que vous venez de donner à l’un de nos collègues.

Ce déni à l’égard des personnes en souffrance professionnelle est quasi systématique (…)  Dans plusieurs autres endroits de l’AP-HP, il existe une forme de maltraitance banale, tolérée et sournoise, mais ravageuse. Le devoir du directeur général est de protéger ses personnels, et sauf à vous rendre complice de cette maltraitance, il vous appartient de prendre les décisions qui s’imposent pour préserver ceux qui se plaignent d’en être les victimes. Notre institution ne prend pas les mesures appropriées dans ce domaine.

Je vous rappelle à une autre de vos obligations. Si vous avez connaissance de faits qui pourraient être qualifiés de harcèlement à l’égard de Jean-Louis Megnien, vous n’avez pas le choix : vous devez en informer le procureur de la République (article 40 du code de procédure pénale) (…)